Observatoire indépendant d'information et de réflexion sur le communautarisme - communautarisme.net
  Recherche  
  
SiteGoogle
  Recherche avancée  
Menu  
 Accueil 
 
Rubriques 
 Courrier des lecteurs 
 La communauté rêvée par Act-Up 
 Entretien avec Hakim El Ghissassi : quel premier bilan pour le CFCM ? 
 Un article de Tony Andréani : Ce qui menace vraiment la République 
 Racisme : analyse du rapport 2003 de la CNCDH 
 L'Islam entre mythe et religion 
 Le PS, territoire occupé 
 La discrimination positive, une aberration 
 À propos de la rhétorique communautariste 
 Les 60 derniers articles en PDF (09/07) 

Migrations, stratégies et communautarisme de la diaspora chinoise
Par Pierre Picquart, docteur en Géopolitique et Géographie Humaine de l’Université de Paris-VIII
Pierre Picquart, spécialiste de la Chine, du monde chinois et de l'immigration chinoise, entreprend ici de tracer les grandes lignes du modèle d'immigration et d'intégration des migrants chinois en France.
L'Empire chinois, de Pierre Picquart, éditions Favre
Pierre Picquart est l'auteur de L'Empire chinois : Mieux comprendre le futur numéro 1 mondial - Histoire et actualité de la diaspora chinoise, éditions Favre, 2004 : acheter en ligne

Voir aussi le site animé par Pierre Picquart : www.chinoisdefrance.com


Les nouveaux migrants économiques chinois ne viennent plus uniquement des régions traditionnelles côtières du Sud-Est de la Chine, mais également des provinces du Nord-Est, du fait des restructurations économiques en Chine et de la fermeture des usines non rentables. Munis de visas de tourisme, d'étudiant, possédant des domiciliations à Paris chez des particuliers ou dans des associations, des nouvelles filières migratoires se mettent en place en Europe.

Les tentatives d'immigration clandestines des zones rurales du Sud (Guangdong - Zhejiang et Fujian) et du Nord-Est (Jiling - Liaoning - Heilongjiang - Hebei) de la Chine se développent de plus en plus en Europe et en France. De son côté, l'immigration Wenzhou ne ralentit pas et elle a recours a de nouvelles filières. Originaires de Zhéjiang, ces derniers représentent encore 60 à 65 % des nouveaux arrivants dans le quartier de Belleville à Paris. Les demandeurs sont souvent jeunes, mais parmis les migrants du Nord et du Nord-est, il n'est pas rare de voir arriver des techniciens ou des cadres issus des entreprises en restructuration ou qui ferment.

Les visas étant difficiles à obtenir en Chine, plusieurs trajectoires passent notamment par l'Europe de l'Est et la Turquie. Les réseaux sont présents en Asie, en Russie et en Europe de l'Est (Pologne, Bulgarie, ex-Yougoslavie). Attendant parfois plusieurs semaines leur passage pour l'Allemagne, les Pays Bas, l'Angleterre, la Belgique, la France, l'Espagne, l'Italie, ou les Etats-Unis, munis de faux papiers ou de documents qui leurs sont délivrés en cours de route (visa polonais en Russie ou visa serbe par exemple), les trajets des clandestins, avec de multiples circuits et filières en Europe, peuvent durer de quelques jours à quatre mois. Ils utilisent diverses stratégies et différents moyens de transport (avion, train, camion, bus, trajets à pied) selon les occasions et les choix des passeurs.

D'autres migrants chinois arrivent par exemple directement à l'aéroport français de Roissy-Charles de Gaulle, avec des billets délivrés par des agences de voyage ou grâce à la complicité des passeurs en Chine. Accueillis à Paris par des petits groupes qui les aident à s'établir dans des communautés chinoises bien implantées en France (Wenzhou et Téochew), les nouveaux migrants acceptent des travaux modestes dans des ateliers clandestins chinois ou turcs ainsi que dans le Sentier. Il s'agit d'une main-d'œuvre peu regardante et bon marché, y compris pour les femmes, recrutées au départ souvent comme nourrices ou femmes de ménage. On constate depuis peu également de nouveaux réseaux de prostitution à Paris peu visibles jusqu'alors dans la capitale.

60 000 clandestins chinois arrivent en France chaque année
A ce jour, 60 000 immigrés clandestins chinois tentent actuellement de pénétrer en France chaque année, sans compter les arrivées via les visas réguliers délivrés en 1999 par les Consulats de France en Chine (hors Hong Kong) dont le nombre est évalué en 1999 à près de 78 000 visas. L'affluence des nouveaux migrants en provenance des nouvelles provinces chinoises, la continuité des flux originaires du Sud-Est, la variété des tentatives d'immigration, les phénomènes de pauvreté rurale et de restructuration économique en Chine, les tentatives de fraude des demandeurs et des filières multiples devraient mettre en évidence en France ce phénomène migratoire qui devient exponentiel.

Les stratégies des migrants chinois évoluent rapidement : Ils tiennent compte des campagnes de régularisation dans l'espace de Shengen bien comprise par les migrants, de la mobilité mondiale et européenne des Chinois, des retombées de l'affaire des sans-papiers chinois en France sur les possibilités d'un modèle d'intégration républicain, des raisons du succès économique rapide des communautés chinoises, de ses réseaux d'accueil, et des possibilités de coopération et de co-développement avec la Chine.

A Paris, la demande d'asile chinoise devient la première par groupe de nationalité. En 1998, la moyenne mensuelle de 173 demandeurs d'asiles à Paris (2 082 par an) est passée à 428 en 1999 (5 139 par an) et à 435 en 2000, ce qui ne représente qu'une partie visible d'une immigration clandestine plus conséquente. La progression des flux migratoires chinois en direction de la France devrait progresser dans les prochains mois.

Au delà de l'accroissement des flux clandestins en provenance de Chine, des demandes d'asiles et des arrivées directes par avion en France avec des visas réguliers, les entrées se poursuivent grâce à des papiers obtenus dans l'espace de Shengen (campagnes de régularisation comme en Espagne en mars dernier). Les ressortissants munis de documents régularisés grâce à des complicités locales ibériques (domiciliations payantes de 20 000 à 30 000 FF) reviennent en France. Les candidats à la régularisation ont compris le profit qu'il pouvait tirer des accords de Shengen pour se maintenir ensuite en France qui devient une destination privilégiée.

Le principe de la solidarité de la diaspora parisienne
Cette nouvelle immigration s'appuie sur des réseaux et des structures bien implantées en Europe et en France. Autonomes au regard des pays d'accueil, et très soudées, les communautés chinoises ont une importance économique considérable. Le rapide développement des Chinatowns parisiennes n'est pas lié à un quelconque hasard ou à des soudaines opportunités ; L'espace autonome des Chinatowns repose sur la base de deux grands principes ; La confiance dans les amitiés personnelles et les réseaux qui s'inscrivent dans un projet collectif de groupe et de stratégie de réussite individuelle ; Les solidarités claniques, familiales, géo-dialectales liées à une culture ancestrale, à un acquis collectiviste confucéen, et des filières d'entraide financières dans le monde entier, sans oublier les liens d'investissement avec la mère patrie.

Forts de ces atouts culturels et historiques, et de leur expérience migratoire fondée sur une principale activité - le commerce - pour la survie dans les pays d'accueil, les Chinois d'Outre-Mer bâtissent de véritables empires. Avec des groupes financiers très puissants dans le monde, cette diaspora joue un rôle clef dans l'ouverture économique de la Chine populaire en réinvestissant considérablement dans les régions d'origine. Démarrant durement leur labeur et leurs premières activités dans les pays d'accueil, le succès scolaire et l'ascension sociale des migrants sont rapides dès la deuxième génération, produisant des hommes d'affaires, des techniciens et des professions libérales.

Ces Chinois solidaires, secrets, respectueux et travailleurs, ont la possibilité d'investir rapidement grâce à la solidarité et à un système de prêt communautaire, le "Hui", un mot clef qui permet, sans passer par des organismes financiers, d'acquérir comptant un appartement ou un commerce et de s'implanter dans un quartier qui va se développer rapidement. La vitrine du XIII ème arrondissement de Paris, le quartier de Belleville et d'autres secteurs chinois de la capitale forment des exemples concrets de ces stratégies.

Ce système d'entraide a permis aux Chinois de s’implanter de façon autonome dans l'épicerie extrême orientale et dans la restauration, puis dans des activités économiques très diversifiées. Cette communauté jugée favorablement par l'ensemble des français représente pour certains un modèle d'intégration communautaire. Pour d'autres, il s'agit plutôt d'une vie "en ghetto", hors du modèle français d'intégration. Néanmoins, elle semblait vivre jusqu'alors "en développement séparé" de la société française.

Pierre Picquart
Un développement séparé de la société française
Dès l'origine, avec plusieurs vagues migratoires aux motifs forts distincts, les Chinoisdébarquant à Paris étaient sans travail, sans logement. : leurs réseaux familiaux, professionnels et amicaux étaient inexistants ou très déstructurés. Pour autant, le développement social et urbain de la communauté chinoise à Paris s'est effectué avec force, dans l'ordre et à un rythme très rapide, avec la création de plusieurs quartiers urbains autonomes, concentrés et condensés.

En emménageant rapidement et de façon active dans leurs quartiers, ils ont prolongé leur conquête et leur expansion géographique dans la banlieue parisienne, tout en renforçant leurs territoires ethniques urbains. Ces quartiers vivent en "développement séparé" de la communauté parisienne. Les Chinois de Paris vivent et travaillent dans une économie fermée, appliquant leurs règles et leurs coutumes locales. Ils s'adaptent rapidement à un ordre interne et ils s'appuient dans leur conquête spatiale sur l'entraide et sur leurs différents réseaux.

La très grande majorité des migrants était issue de milieux modestes. Ces chinois fuyaient, des conditions économiques déplorables, des oppressions politiques, et des zones de conflits meurtriers. Ils arrivaient le plus souvent dépouillés et les mains vides. Néanmoins, ils ont bâti avec succès, en quelques années, des pôles de réussite. Certes, certains migrants chinois faisaient partie des élites issues des chinois d'Outre-mer. Ils ont déployé des stratégies de développement économique rapides, diversifiées, concentrées, et leurs enfants ont bénéficié pour la plupart de résultats universitaires et professionnels favorables.

Ce succès économique a ses zones d'ombres. C'est une réussite parfois bâtie sur un monde sans pitié, où quelques hommes de main, dans un réseau hiérarchisé, font régner un ordre cloisonné et secret. Il est souvent basé, dans ce cas, sur des filières qui fournissent en main-d'œuvre illégale des opérations communautaires diverses, comme l'alimentation des ateliers clandestins. Pour les plus faibles d'entre eux, il s'agit d'un véritable parcours du combattant.

Les Chinois de Paris bénéficient en France d'un capital de confiance et d'images positives. Ils profitent d'un à priori de sympathie lié à des valeurs traditionnelles et à leur respect des valeurs. Mais les chinois de Paris sont en même temps suspectés de bien de problèmes ; Salubrité, surpeuplement, extension territoriale au dépend de la vie locale, images liées à divers trafics. Il leur est également reproché leur caractère secret. Ces détracteurs précisent que les Chinois ne savent vivre qu'en autarcie et que leur culture fonctionne sur un mode endogamique. Puis, avec la représentation chinoise, surgissent de l'inconscient, l'étrange, la crainte et l'inconnu. La Chine, parce que terre lointaine, attire et séduit, mais suscite toujours des appréhensions.

L'espoir d'une intégration républicaine
L'intégration des chinois est une question géopolitique qui a toute sa place dans le débat sur l'intégration. Les Chinois de Paris ont construit à l'endroit où ils pouvaient vivre, des modèles sociaux et urbains calqués sur les archétypes de leur pays d'origine. Avec le défi lancé par les sans-papiers chinois, la question est de savoir si les communautés chinoises vont se diluer, avec les nouvelles générations, et se diriger vers une intégration républicaine ? Au regard des témoignages recueillis dans les Chinatowns de Paris, la volonté d'intégration républicaine se ressent dans les discours recueillis. Il existe bien un clivage entre les jeunes générations et les plus anciennes. Mais le noyau traditionnel de la communauté chinoise ne lâchera pas facilement ses prérogatives communautaires ni ses réseaux claniques, économiques et financiers.

Des propositions en direction d'un développement durable
La gestion des flux migratoires est un domaine de coopération qu'il faut développer entre la Communauté Européenne et la Chine. Si l'intégration des Chinois installés dans les pays d'accueil en Europe doit être encouragée, l'immigration et l'utilisation de la main-d'œuvre clandestine doit être combattue, et une dimension préventive avec la Chine doit être envisagée ; Il nous faut suggérer une maîtrise des flux migratoires par un recours à l'aide associative et humanitaire dans des conditions qui restent à définir.

Le co-développement, des actions d'appui adaptées dans des régions les plus pauvres, l'expérience des services de l'Etat, des collectivités locales, des O.N.G., des entreprises européennes et françaises, et des actions de coopération spécifiques seraient bénéfiques. Ainsi le savoir-faire de régions (Pas-de-Calais, Lorraine) françaises bénéficiant d'une expérience dans la restructuration industrielle pourrait bénéficier aux provinces chinoises du Nord de la Chine touchées par des restructurations industrielles ; Actions spécifiques, protections sociales, formations.

Notre coopération avec la Chine en matière de gestion des flux migratoires sera d'autant plus efficace qu'elle s'inscrira dans une coopération globale. Cette politique de co-développement avec la Chine doit être prolongée avec nos partenaires dans la perspective des prochaines réunions des instances de l'Union Européenne.


2004-07-20

Articles | Ouvrages | Entretiens | Tribunes | Références
Tribunes
Migrations, stratégies et communautarisme de la diaspora chinoise
Migrations, stratégies et communautarisme de la diaspora chinoise
Droit à la différence et revendication égalitaire : les paradoxes du postmodernisme
Droit à la différence et revendication égalitaire : les paradoxes du postmodernisme
Pour une analyse critique de la discrimination positive
Pour une analyse critique de la discrimination positive
Ce qui menace vraiment la République
Ce qui menace vraiment la République
« Affaire Boniface »: deux articles exclusifs parus dans la revue Commentaire
« Affaire Boniface »: deux articles exclusifs parus dans la revue Commentaire
Multiculturalisme et communautarisme devant les principes républicains
Multiculturalisme et communautarisme devant les principes républicains
Noce gay pour petits-bourgeois
Noce gay pour petits-bourgeois
L'islam entre mythe et religion
L'islam entre mythe et religion
Vincent Geisser et la nouvelle islamophobie
Vincent Geisser et la nouvelle islamophobie
Les Démons
Les Démons
Le triomphe de la confusion
Le triomphe de la confusion
Le clonage, nouvel horizon du communautarisme homosexuel ?
Le clonage, nouvel horizon du communautarisme homosexuel ?
Dévoiler le voile
Dévoiler le voile
Nationalisme diasporique et repli communautariste
Nationalisme diasporique et repli communautariste
Aux origines des controverses sur la laïcité
Aux origines des controverses sur la laïcité
Un sentiment de trahison
Un sentiment de trahison
Le juste et le bien
Le juste et le bien
La nouvelle menace communautariste
La nouvelle menace communautariste
Vous avez dit «communautarisme» ?
Vous avez dit «communautarisme» ?
Nous écrire : contact@communautarisme.net - communautarisme.net - depuis juillet 2003 - © Observatoire du communautarisme