Observatoire indépendant d'information et de réflexion sur le communautarisme - communautarisme.net
  Recherche  
  
SiteGoogle
  Recherche avancée  
Menu  
 Accueil 
 
Rubriques 
 Courrier des lecteurs 
 La communauté rêvée par Act-Up 
 Entretien avec Hakim El Ghissassi : quel premier bilan pour le CFCM ? 
 Un article de Tony Andréani : Ce qui menace vraiment la République 
 Racisme : analyse du rapport 2003 de la CNCDH 
 L'Islam entre mythe et religion 
 Le PS, territoire occupé 
 La discrimination positive, une aberration 
 À propos de la rhétorique communautariste 
 Les 60 derniers articles en PDF (09/07) 

Du mariage homosexuel en France (2/2)
Le dévoiement du droit républicain
Avec une revendication inutile et dangereuse, les partisans du mariage homosexuel sapent encore un peu plus les fondements du droit.
(droits réservés)
Lire Du mariage homosexuel en France (1/2)

Comme on pouvait s'y attendre (1), il n'a pas fallu longtemps aux partisans du mariage homosexuel pour imposer au coeur du débat politique ce thème fabriqué ex-nihilo. Le tour manichéen donné à la discussion grâce à l'arme de dissuasion que constitue le thème pratique de l'homophobie et la cacophonie qui a caractérisé les discours critiques, notamment à droite, ont ensuite déblayé le terrain en laissant très vite le champ libre aux portes-drapeau du mouvement gay.

Pour l'heure, le mariage gay que s'apprête à célébrer Noël Mamère n'a aucune chance d'être reconnu sur le plan juridique, tant en France (où il est illégal) que par les institutions européennes (qui considèrent qu'il s'agit d'une compétence nationale).

Mais, peu importe! Ce débat imposé par la force a abouti à ce que la gauche inscrive le mariage gay à son agenda politique et tout porte à croire qu'il sera instauré à la faveur de la prochaine alternance. A moins qu'il ne soit finalement accepté par la droite dont il ne faut jamais sous-estimer les pulsions suicidaires.

Le mariage gay est pourtant inutile et dangereux.

Le mariage homosexuel est en effet inutile dans la mesure où il est pour le moins douteux qu'il réponde à une attente de la société française en général et des homosexuels en particulier. En effet, si l'on baisse un peu le son du tintamarre médiatique autour de cette question, on observe que les homosexuels, à l'exception de quelques militants qui sont d'ailleurs loin de faire l'unanimité dans le milieu associatif gay, ne se sont guère mobilisés pour obtenir le droit de se marier. Est-ce vraiment étonnant ? Pas tellement si l'on considère le maigre bilan du PACS, la première possibilité juridique d'union homosexuelle qui, bien qu'il offre plus d'avantages que de contraintes, n'a guère séduit les homos qui n'ont été que 100.000 environ à se pacser. Avec le PACS, qui est né d'une revendication du mouvement gay, c'est comme si on avait voté une loi pour l'équivalent de la population de Perpignan !

C'est en effet mal connaître la population homosexuelle que croire que le mariage constitue l'un des rêves les plus fous des individus qui la composent. Croire que le but des homosexuels est de vivre "comme tout le monde" est au contraire une méconnaissance totale des mécanismes profonds de l'homosexualité tels qu'ils ont été décrits, non seulement par la psychanalyse, mais aussi par des écrivains que l'on ne saurait taxer d'homophobie (Wilde, Genet, Guibert...). Aussi est-il peu probable que les homos soient nombreux à faire la queue devant la mairie pour se marier ? Souvenez-vous : les avis de pacs publiés jusque dans Le Figaro, ne se sont-ils pas rapidement étiolés après le vote de la loi en 1999 ? Il est d'ailleurs probable que les sondages dans lesquels les Français se disent favorables au mariage homo aient la même signification que ceux, tout aussi favorables, où ils plébiscitaient le pacs : ils sont pour parce qu'ils s'en fichent et qu'ils ont bien compris que cela n'aurait guère d'impact sur leur existence. Les présidentiables socialistes qui jouent des coudes sur ce thème seraient bien inspirés de ne pas attendre trop de retombées électorales de leur passion soudaine pour le mariage gay car, comme toujours, la présidentielle se jouera sur le chômage et la souffrance sociale, et certainement pas sur le mariage gay. Lionel Jospin, à qui le PACS n'a pas empêché d'être éliminé au premier tour est bien placé pour en témoigner...

Le mariage homosexuel est aussi dangereux dans la mesure où il repose sur une approche biaisée du droit. Ainsi, l'absence de volonté générale sur cette question n'a guère retenu les avocats du mariage homosexuel, à l'instar de Dominique Strauss-Kahn qui pense que le droit doit suivre l'évolution de la société. S'il s'agit de se baser sur des sondages, alors ce triste argument le conduira de la même façon à rétablir la peine de mort et à expulser une bonne part des étrangers qui vivent en France. Mais il ne s'agit pas de cela puisque le mouvement gay veut à tout prix imposer le vote du droit à l'adoption à une population qui y est nettement hostile... Non, il est ici question de suivre le vent -qui souffle le plus souvent des Etats-Unis d'Amérique-, de "s'inscrire dans la modernité". Mais ce n'est pas ça, le droit. L'objet du droit n'est pas de satisfaire tour à tour ceux qui se mettent à brailler pour attirer l'attention, mais au contraire de se situer au-dessus des intérêts particuliers pour donner corps à une vision de la société et de son avenir, pour consacrer des valeurs qui doivent l'inspirer.

C'est d'ailleurs ce que prétendent faire ceux qui réclament le mariage gay au nom de "l'égalité des droits".

Il s'agit là d'une idée forcément sympathique, surtout dans un pays comme la France où, traditionnellement, l'égalité prend volontiers le pas sur la liberté. Mais ces faux prophètes de l'égalité oublient toujours de citer la Déclaration des droits de l'homme en entier. Si l'article premier commence par "Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit", il a une suite que l'on oublie trop souvent : "Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune". Et, c'est là que le bât blesse. Car le mariage n'est pas un droit, c'est un moyen au service d'une finalité. En l'occurrence, la filiation et la transmission dans le cadre du mariage des valeurs qui soudent la société. L'égalité des droits ne signifie pas que tout se vaut. Qu'on le veuille ou non, l'union de personnes de même sexe est une affaire privée qui ne contribue en rien à "l'utilité commune". Et ni le chiffre microscopiques des adoptions ni le caractère marginal des naissances médicalement assistées ne modifieront cet état de fait. Aussi sympathiques puissent-ils être, les homosexuels ne peuvent répondre significativement à l'impératif démographique qui s'impose en premier lieu à une société. Le droit doit organiser la réalité de la société, et non pas donner corps aux fantasmes de certaines de ses composantes.

En outre, la conception de l'égalité des droits défendue par le mouvement gay et ses soutiens médiatico-politiques est pernicieuse car elle ne repose pas sur les individus, qui sont déjà égaux en droit, mais sur les communautés. Ainsi, c'est l'idée de l'égalité des droits entre homosexuels et hétérosexuels qui est mise en avant. Un individu a le droit de se marier. Un homosexuel, non. Mais est-ce un progrès de réduire un individu à son homosexualité et de considérer que la société est constituée non d'individus libres mais d'une somme de communautés figées? Si l'on admet l'idée que le groupe prétendument constitué par les homosexuels doit avoir les mêmes droits que celui que les mêmes fanatiques désignent sous le noms d'hétérosexuels, alors au nom de quoi pourra-t-on refuser aux musulmans ce que l'on admet pour les catholiques, et notamment le droit à vivre selon sa religion, même si cela suppose de voiler sa femme de la tête aux pieds ou, pourquoi pas, d'en prendre une deuxième et même une troisième dès lors que tout le monde est consentant. Ceux qui posent ainsi la question de l'égalité doivent enfin avoir le courage de dire aux Français qu'ils ne les considèrent plus comme des citoyens mais comme des homos ou des hétéros, des "par-devant" ou "par-derrière" réduits arbitrairement à leurs habitudes sexuelles.

Il fallait être naïf à l’époque du PACS pour croire que le mouvement homosexuel allait en rester là. Les surenchères auxquelles il se livre aujourd’hui sur le mariage et l’adoption étaient inscrites dans le marbre de la loi sur le PACS. Contrairement à ce que prétendent les militants gay, l’indifférence que la société française manifeste de plus en plus aux homosexuels est leur plus grande angoisse. En effet, lorsque celle-ci sera totalement acquise, les homosexuels resteront seuls face à leur pire adversaire : eux-mêmes. Et ils ne pourront plus arguer de l’homophobie de la société pour expliquer leur surconsommation d’anti-dépresseurs, leur surreprésentation dans les salles d’attente des psys, leur fuite en avant dans le festivisme et leur exposition plus grande au suicide. C’est pourquoi ils ont besoin de hurler sans cesse, au risque d’agacer. Et quand ce ne sera plus le mariage, ce sera l’adoption, puis la reconnaissance des unions à durée déterminée fixée à l’avance sans devoir de fidélité, ou autre chose…

Par son caractère inutile, le mariage homosexuel est un avatar supplémentaire de ces droits que n'entendent pas exercer ceux-là mêmes qui les réclament. Il contribue à l'émergence progressive, sous l'effet des pressions communautaires sur une classe politique incapable de savoir ce qui doit guider ses choix, d'un système de droits virtuels sans effet sur l'ensemble de la société, si ce n'est qu'il renforce l'idée dèjà dans l'air que le système politique est déconnecté de la réalité. Et c'est là que son inutilité rejoint son caractère dangereux... En effet, cette évolution est d'autant plus inquiétante que, par son incapacité à donner une orientation claire, sur la question du mariage commme dans d'autres domaines, le pouvoir politique manifeste une fois encore son manque d'autorité, ce qui, en théorie, rend possible toutes les évolutions du droit, même les plus hasardeuses ou les plus iniques.

---------------------------------
1)Le mariage homo, vite!

Lire aussi sur le site de l'Observatoire du Communautarisme :
Avis d'expert
Mariage homosexuel et amnésie socialiste
A défaut du mariage gay, le gouvernement bénit le pacs
Le mariage gay : un débat surréaliste
Les Khmers roses

2004-05-13

Articles | Ouvrages | Entretiens | Tribunes | Références
Articles
Pas de mariage mais un enterrement
Pas de mariage mais un enterrement
L'affiche noire
L'affiche noire
La faillite de la République des victimes
La faillite de la République des victimes
Incident voyageur sur le RER D
Incident voyageur sur le RER D
SOS hétérophobie
SOS hétérophobie
Les procureurs de l'arc-en-ciel
Les procureurs de l'arc-en-ciel
Homophobie : un projet de loi liberticide écrit sous la dictée...
Homophobie : un projet de loi liberticide écrit sous la dictée...
Après l'impôt révolutionnaire, l'impôt communautaire !
Après l'impôt révolutionnaire, l'impôt communautaire !
Du mariage homosexuel en France (2/2)
Du mariage homosexuel en France (2/2)
Du mariage homosexuel en France (1/2)
Du mariage homosexuel en France (1/2)
Mariage homosexuel et amnésie socialiste
Mariage homosexuel et amnésie socialiste
A défaut du mariage gay, le gouvernement bénit le PACS
A défaut du mariage gay, le gouvernement bénit le PACS
Les fonds islamiques à l'assaut de la bourse
Les fonds islamiques à l'assaut de la bourse
De quelques modernes croisades en faveur des « libertés religieuses ».
De quelques modernes croisades en faveur des « libertés religieuses ».
Visibilité homosexuelle : le piège de la télé-réalité
Visibilité homosexuelle : le piège de la télé-réalité
Le mariage gay : un débat surréaliste
Le mariage gay : un débat surréaliste
Le PS, territoire occupé
Le PS, territoire occupé
Les passions autour de La Passion
Les passions autour de La Passion
Un collectif musulman contre l'«islamophobie»
Un collectif musulman contre l'«islamophobie»
Saga Africagora (TM)
Saga Africagora (TM)
Le mariage homo, vite !
Le mariage homo, vite !
Homophobie : l'entêtement de Têtu
Homophobie : l'entêtement de Têtu
Le vote berbère en Île-de-France
Le vote berbère en Île-de-France
On a tout essayé ... mais a-t-on gardé le meilleur ?
On a tout essayé ... mais a-t-on gardé le meilleur ?
Jurisprudence communautaire
Jurisprudence communautaire
Mais que fait l'Union des Etudiants Juifs de France (UEJF) ?
Mais que fait l'Union des Etudiants Juifs de France (UEJF) ?
On doit pouvoir rire de tout
On doit pouvoir rire de tout
Un fait divers exemplaire
Un fait divers exemplaire
Discrimination positive : la mauvaise foi des patrons
Discrimination positive : la mauvaise foi des patrons
Tourner sept fois sa langue dans sa bouche...
Tourner sept fois sa langue dans sa bouche...
Délicieuse contradiction
Délicieuse contradiction
Follement Gay ou l'homophilie homophobe
Follement Gay ou l'homophilie homophobe
La discrimination positive, une aberration
La discrimination positive, une aberration
Laïcité : les mots du Président et les choses du Gouvernement
Laïcité : les mots du Président et les choses du Gouvernement
Lobbying pour une Europe chrétienne
Lobbying pour une Europe chrétienne
Loi contre l'homophobie : la nouvelle offensive des khmers roses
Loi contre l'homophobie : la nouvelle offensive des khmers roses
Le communautarisme et la lutte des classes
Le communautarisme et la lutte des classes
Sarkozy, l'ami des communautaristes
Sarkozy, l'ami des communautaristes
Comment on a fait de Tariq Ramadan une star...
Comment on a fait de Tariq Ramadan une star...
Les dangers de l'abus de langage
Les dangers de l'abus de langage
Le naufrage à quai du marché gay
Le naufrage à quai du marché gay
Initiatives politiques communautaires mais pas communautaristes ?
Initiatives politiques communautaires mais pas communautaristes ?
Pourquoi les Etudiants Musulmans de France (EMF) ont réussi à se développer
Pourquoi les Etudiants Musulmans de France (EMF) ont réussi à se développer
Laïcité et communautarisme, le malentendu
Laïcité et communautarisme, le malentendu
L'affaire Boniface : un procès stalinien
L'affaire Boniface : un procès stalinien
La nouvelle servitude des homosexuels
La nouvelle servitude des homosexuels
Communautarisme et marketing : une histoire d'amour
Communautarisme et marketing : une histoire d'amour
L’Opus Dei : les soldats du communautarisme chrétien
L’Opus Dei : les soldats du communautarisme chrétien
L'école formate au communautarisme
L'école formate au communautarisme
Bientôt, une loi anti-homophobie ?
Bientôt, une loi anti-homophobie ?
Nous écrire : contact@communautarisme.net - communautarisme.net - depuis juillet 2003 - © Observatoire du communautarisme