Observatoire indépendant d'information et de réflexion sur le communautarisme - communautarisme.net
  Recherche  
  
SiteGoogle
  Recherche avancée  
Menu  
 Accueil 
 
Rubriques 
 Courrier des lecteurs 
 La communauté rêvée par Act-Up 
 Entretien avec Hakim El Ghissassi : quel premier bilan pour le CFCM ? 
 Un article de Tony Andréani : Ce qui menace vraiment la République 
 Racisme : analyse du rapport 2003 de la CNCDH 
 L'Islam entre mythe et religion 
 Le PS, territoire occupé 
 La discrimination positive, une aberration 
 À propos de la rhétorique communautariste 
 Les 60 derniers articles en PDF (09/07) 

Coup de gueule contre les communautaristes gay !
Par Rand F., Cannes (06)
Quand les homos eux-mêmes en ont marre des communautaristes qui parlent en leur nom.
L'homophobie, un odieux chantage (droits réservés)
NB : Ce texte est un point de vue extérieur à l'Observatoire du communautarisme. Il est publié dans la rubrique "Contradictions" qui est ouverte aux tribunes libres et aux critiques du travail et de la production de l'Observatoire.

-----------------------------

Il est affligeant de constater le niveau atteint par la soi-disant communauté homosexuelle sur le plan politique.

Il aurait suffit pour un hétérosexuel de prononcer cette phrase pour qu'il soit tout de suite taxé d'homophobie. Mais le truc c'est que ce constat je le fais moi même en tant qu'homosexuel. Cela dit, ça n'empêchera pas les activistes communautaristes gay de me traiter d'homophobe aussi. Pour eux, un "détracteur" hétérosexuel est homophobe car il voue une haine à celui qui est différent, et le détracteur homosexuel par contre, est homophobe car il voue une haine à lui-même et donc à ses semblables. En temps de guerre ils appelleraient le premier l'ennemi, et le second le traître.

Il a toujours été simple pour les activistes gay de simplifier les choses à ce point, ou de les exagérer. Cela vient tout simplement de leur absence d'arguments convaincants pour faire avancer leur agenda politique. Donc pour faire plier la société et le pouvoir politique, il n'ont qu'une seule arme de combat : l'accusation d'homophobie ! Pour eux, l'homophobie c'est la haine tenace et éternelle que voue la société aux homosexuels pour le simple fait qu'ils sont attirés par une personne de même sexe. Très franchement, cette homophobie n'existe pas si on enlève évidemment les quelques rares extrémistes et autres agités du bulbe qui, rappelons-le, ne s'attaquent pas seulement aux homosexuels. La plupart des gens sont indifférents aux homosexuels tant qu'ils ne les heurtent pas.

Si l'homophobie existe, il faut alors la chercher ailleurs.

L'homophobie que tous les homosexuels ont connue, ce fut, dans une certaine période de leur vie, la peur d'admettre ce qu'ils sont. La peur de l'homosexualité qui conduit la plupart d'entre nous à "refouler" leur sexualité pendant un certain temps.

Ce comportement ridicule des activistes gay se reflète bien dans leur activisme lui-même. Il est entièrement basé sur la culpabilisation de la société, et comme je l'ai dis plus haut, l'accusation d'homophobie qui est suspendue comme une épée de Damoclès au-dessus de chaque table de débat. Face à l'apathie ou l'indifférence de beaucoup d'homosexuels, les activistes gay ont pu se former en lobby et ont pris la parole au nom de tous, alors que rien ne rend légitime ce statut. A partir de là s'est formée une nébuleuse rose qui étend tous ses tentacules sur plusieurs domaines.

Dans le domaine politique, la "Marche des Fiertés Gay, Lesbiennes Trans et Bi", anciennement appelée "Gay Pride", est l'exemple même de ce militantisme inquisiteur. L'épreuve de force démontrée dans ce défilé -qui est loin d'être représentatif des Français homosexuels- repose sur l'embrigadement des manifestants dans des manipulations politiques. C'est tout devant, en tête de cortège, qu'il faut aller pour apercevoir les tireurs de ficelles. Associations, politiciens -originellement de gauche mais de plus en plus rejoints par la droite (système de rivalité des partis oblige)- et lobbies commerciaux défilent dans le seul but qu'ils ont en commun : leur propre intérêt égoïste. Mais évidement, pour voiler ces intérêts égoïstes, il faut les présenter de manière "humanitaire" et "solidaire" de la souffrance imaginaire des homosexuels face à la cruauté de la société de nos temps modernes, en imposant des revendications comme le mariage et l'adoption pour les homosexuels, ou encore des lois anti-homophobie qui, vu combien elles sont élargies par les communautaristes gay, me mèneraient droit en prison pour cet article. Le magazine Têtu étant l'organe de propagande et Act Up la milice armée, le totalitarisme rose semble émerger petit à petit.

Dans le domaine culturo-économique, on retrouve ce fameux magazine qui n'est là que pour enrôler la jeunesse homosexuelle dans de nouvelles croisades du bien contre le mal. Une propagande conformiste est entretenue envers les homosexuels et surtout les plus jeunes pour leur faire croire, que face à la terreur homophobe, ils doivent se considérer comme une communauté et suivre aveuglément ses chefs. Car l'union fait la force. D'où la construction de ce système communautaire et culturel autour des homosexuels. Selon les communautaristes roses, les homosexuels sont une Nation (le fondateur américain d’Act Up, Larry Kramer, dit "Our People" en parlant des homos !) avec son histoire, sa culture, son drapeau (arc-en-ciel), etc.

L'homosexualité n'est qu'une caractéristique relevant du domaine privé. Cela vaut pour chaque personne et il est tout simplement logique d'admettre que cette supposée communauté n'est rien d'autre qu'un mythe qui ne peut être entretenu que par l'illusion, la manipulation et cette mise en scène systématique du danger commun : l'homophobie et l'hostilité de l'Autre.

En découle un des pires aspects de cette communautarisation : le Milieu gay. Une spirale infernale alimentée par l'appât du gain, et la présence constante de la consommation et du Sex rapide et facile. Un conglomérat qui fut d'abord présenté comme une solution à l'isolation des homosexuels avant "la tolérance officielle" des années 80, mais qui s'est révélé être la pire forme de vie d'un groupe de population et qui, si elle devait s'étendre en-dehors de sa base parisienne (pour l'instant) aux homos qui sont déjà trop nombreux à en être dépendants, représenterait tout ce qu'il y a de plus déshumanisant et méprisant pour les homosexuels.

En sortant de ce brouillard rosâtre, on peut donc constater que ce n'est pas l'homophobie imaginaire qui menace et nuit aux homosexuels, mais plutôt ce que l'égoïsme et la soif de pouvoir du communautarisme gay ont contribué à construire.

--------
Voir aussi :
La page perso de Rand F.

2004-05-11

Express | Brèves | Bientôt ici ? | Portraits | Bons points | Contradictions
Contradictions
Un « Observatoire du communautarisme » entretient la confusion sur le communautarisme
Un « Observatoire du communautarisme » entretient la confusion sur le communautarisme
Coup de gueule contre les communautaristes gay !
Coup de gueule contre les communautaristes gay !
Courrier des lecteurs
Courrier des lecteurs
Mouloud Aounit et ses préférences communautaires
Mouloud Aounit et ses préférences communautaires
À propos d’une sortie de route
À propos d’une sortie de route
Oui, on peut rire de tout - Non, on ne peut pas rire de tout n'importe comment
Oui, on peut rire de tout - Non, on ne peut pas rire de tout n'importe comment
Diffamation et négation des crimes
Diffamation et négation des crimes
Répression du négationnisme : la légalisation de l'intolérance abolira-t-elle le fanatisme ?
Répression du négationnisme : la légalisation de l'intolérance abolira-t-elle le fanatisme ?
Lutte anti-communautariste: attention à ne pas s'enfermer dans des enjeux partisans
Vive les tribus ! Mort au libéralisme !
Vive les tribus ! Mort au libéralisme !
L'ouverture de la multiplicité
L'Observatoire du communautarisme s'ouvre aux points de vue extérieurs
L'Observatoire du communautarisme s'ouvre aux points de vue extérieurs
Nous écrire : contact@communautarisme.net - communautarisme.net - depuis juillet 2003 - © Observatoire du communautarisme