Observatoire indépendant d'information et de réflexion sur le communautarisme - communautarisme.net
  Recherche  
  
SiteGoogle
  Recherche avancée  
Menu  
 Accueil 
 
Rubriques 
 Courrier des lecteurs 
 La communauté rêvée par Act-Up 
 Entretien avec Hakim El Ghissassi : quel premier bilan pour le CFCM ? 
 Un article de Tony Andréani : Ce qui menace vraiment la République 
 Racisme : analyse du rapport 2003 de la CNCDH 
 L'Islam entre mythe et religion 
 Le PS, territoire occupé 
 La discrimination positive, une aberration 
 À propos de la rhétorique communautariste 
 Les 60 derniers articles en PDF (09/07) 

Le Marigot des pouvoirs
par Jacques Molénat, Editions Climats, 2004
Entretien avec Jacques Molénat, auteur de Le Marigot des pouvoirs ; Systèmes, réseaux, communautés, notables et francs-maçons en Languedoc-Roussillon.
Le Marigot des pouvoirs, Jacques Molénat, Editions Climats (droits réservés)
Entretien réalisé par courrier électronique

OC: Pouvez-vous brosser un rapide portrait de la région Languedoc-Roussillon quant à l'influence des organisations communautaires (religieuses, ethniques, sexuelles) sur la vie de la cité ?

L’influence des communautés religieuses, ethniques ou sexuelles me paraît proportionnelle à leur degré d’organisation et d’exposition médiatique. Exemple : les pieds-noirs. Ils n’ont jamais été aussi puissants en Languedoc-Roussillon que dans les années 80, époque où de multiples associations locales relayaient leur influence dans la vie locale pendant qu’un leader charismatique et habile lobbyiste, Jacques Roseau, enraciné à Montpellier, négociait, en contrepartie de l’appui électoral des siens, des avantages communautaires tant avec le pouvoir central qu’avec les élus locaux. La disparition de Roseau, l’effacement -l’âge de leurs animateurs aidant- des associations de rapatriés, ont enlevé beaucoup de son influence à la communauté pied-noir. Inversement la communauté musulmane, longtemps peu présente, commence à faire sentir son poids à travers un réseau associatif de plus en plus dense et l’entrée de ses élites dans l’arène publique et les partis politiques. Compte aussi l’écoute des grands élus. Georges Frêche, ancien maire socialiste de Montpellier et nouveau président de la région Languedoc-Roussillon, est probablement le leader politique qui a su déployer le plus grand savoir-faire dans le maniement politique, social et culturel des communautés de sa ville. Ce n’est pas un hasard si Montpellier est considérée comme la « deuxième ville gay » de France, après Paris Dès 1977, lors de sa première élection, il avait négocié le report sur sa liste du vote homosexuel. Depuis il a multiplié les gestes « gay friendly », jusqu’à donner à la gay pride une sorte de label de carnaval municipal.

OC: Ces organisations communautaires sont-elles inscrites dans des stratégies nationales ?

Oui pour les communautés religieuses (musulmans, juifs, protestants, catholiques), non pour les communautés ethniques et sexuelles.

OC: Quelles distinctions pouvez-vous faire entre corporatisme et communautarisme ?

Dès lors que le communautarisme a sa source dans le « donné »- la race, l’ethnie, la religion de naissance, l’orientation sexuelle-, sa prégnance me paraît plus lourde socialement que le corporatisme qui, lui, reste basé sur de « l’acquis » - le métier ou les études par exemple.

OC: La campagne pour les élections régionales en Languedoc Roussillon a-t-elle été marquée par des promesses faites aux organisations communautaires ?

En Languedoc-Roussillon, la campagne des régionales n’a été que fort peu marquée par les promesses faites aux organisations communautaires. On a même enregistré le retrait d’Olivier Taoumi, magistrat franco-marocain décidé à faire entendre la voix de sa communauté, de l’état-major de campagne de Marc Dufour (UDF). Il estimait ne pas avoir la place qui lui revenait sur cette liste.

OC: Quel rôle jouent les responsables politiques et les médias dans le poids de ces organisations communautaires ?

Déterminant. Homme politiques et médias donnent à ces organisations communautaires d’une part la visibilité, d’autre part la reconnaissance sociale. Là encore le savoir-faire relationnel de Georges Frêche peut servir de référence. Ainsi, nul plus que lui n’a su mettre en valeur, sur la scène montpelliéraine, la communauté juive, en promouvant ses dirigeants dans l’équipe municipale, en appuyant et en médiatisant ses initiatives, y compris les plus politiques, à l’exemple de la Journée de Jérusalem « capitale une et indivisible d’Israël ».

----------------------------------
Présentation de l'essai sur le site des Editions Climats

Acheter en ligne Le Marigot des pouvoirs

2004-04-01

Articles | Ouvrages | Entretiens | Tribunes | Références
Entretiens
Réflexions sur le Conseil Français du Culte Musulman
Réflexions sur le Conseil Français du Culte Musulman
Entretien du journal « Tant pis pour vous » avec Ghislain Allon, directeur de TFJ
Entretien du journal « Tant pis pour vous » avec Ghislain Allon, directeur de TFJ
Discrimination positive : la fin justifie-t-elle les moyens ?
Discrimination positive : la fin justifie-t-elle les moyens ?
Le Marigot des pouvoirs
Le Marigot des pouvoirs
L'hystérie identitaire
L'hystérie identitaire
Entretien avec un élu local : l'exemple du 19ème arrondissement de Paris
Entretien avec un élu local : l'exemple du 19ème arrondissement de Paris
Communautarisme de séparation et communautarisme de domination, le point de vue d'Alain Soral
Communautarisme de séparation et communautarisme de domination, le point de vue d'Alain Soral
Voile islamique : l'exemple de l'action des enseignants au lycée La Martinière Duchère
Voile islamique : l'exemple de l'action des enseignants au lycée La Martinière Duchère
Nous écrire : contact@communautarisme.net - communautarisme.net - depuis juillet 2003 - © Observatoire du communautarisme