Observatoire indépendant d'information et de réflexion sur le communautarisme - communautarisme.net
  Recherche  
  
SiteGoogle
  Recherche avancée  
Menu  
 Accueil 
 
Rubriques 
 Courrier des lecteurs 
 La communauté rêvée par Act-Up 
 Entretien avec Hakim El Ghissassi : quel premier bilan pour le CFCM ? 
 Un article de Tony Andréani : Ce qui menace vraiment la République 
 Racisme : analyse du rapport 2003 de la CNCDH 
 L'Islam entre mythe et religion 
 Le PS, territoire occupé 
 La discrimination positive, une aberration 
 À propos de la rhétorique communautariste 
 Les 60 derniers articles en PDF (09/07) 

Le Monde comme si
Par Françoise Morvan, Actes Sud, 2002
Le Monde comme si, Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne, Françoise Morvan, Actes Sud (droits réservés)
On ne sort pas indemne de la lecture du Monde comme si de Françoise Morvan, récemment publié par les Editions Actes Sud.

Bien sûr, on sait que les nationalistes bretons ont plongé dans la collaboration pendant la guerre. Bien sûr, on connaît la triste épopée des miliciens du Bezen Perrot, cette formation militaire en uniforme SS. Bien sûr, on connaît les services de Roparz Hemon salarié appointé par les nazis à la tête de Radio-Rennes et père du breton unifié [qui est à présent le breton officiel, prôné tant par l’Office de la langue bretonne que par les écoles Diwan].

Ne l’ignorent que ceux qui délibérément ont choisi de nier la vérité la plus évidente. Et pourtant, même bardé de toutes ces convictions, de toutes ces preuves irréfutables accumulées par les témoins comme par les historiens, vous ne sortirez pas sans dommage de l’ouvrage que Françoise Morvan consacre, au travers de son expérience personnelle, à cette plongée dans le mouvement breton.

Car le pire vous attend.

Antirépublicain par ses origines maurrassiennes, antijacobin par opposition à la Révolution française, le mouvement breton est resté fidèles à ces constantes.

Le pire dis-je ? oui, si l’on mesure comme en atteste à diverses reprises Le Monde comme si , que toutes les forces politiques de gauche comme de droite, non seulement ferment les yeux sur cette réalité, mais concourent activement à l’imprégnation de la sphère publique par ce régionalisme dont on mesure mal les dangers, au point d’adopter de nombreux points de son propre programme.

Native de Rostrenen, enfant de la deuxième génération de ces émigrés bretons qui, au lendemain de la Seconde guerre mondiale, ont dû avec balluchon et moutards gagner Montparnasse pour travailler chez Renault, la jeune Françoise n’a vécu son enfance que pour retrouver au pays, ses racines bretonnes.

Cours de breton, scolarité rapide et brillante sanctionnée par une agrégation de lettres, affectée sur sa demande comme professeur en pays bretonnant, fondatrice d’une école Diwan, école privée pour l’enseignement du breton par immersion , encore un peu, elle va se laisser entraîner aux barbouillages des pancartes routières… La totale.

Mais décidément, c’est le théâtre, c’est la littérature, l’édition des œuvres du poète rostrenois Armand Robin, ce sont les traductions, qu’elle mènera souvent conjointement avec André Markowicz (traducteur de Dostoïevski et de Tchékhov) qui l’appellent, non sans succès (puisqu’elle est nominée pour les Molières en 1993) et qui l’amèneront, fait peu courant, à interrompre sa carrière d’enseignant pour vivre de sa plume.

Et c’est là que tout bascule. Tout bascule lorsqu’elle s’avise de publier les chansons, contes et autres pièces de théâtre que le folkloriste François-Marie Luzel a collectés à la fin du XIXè siècle. Pourtant les choses avaient bien commencé puisque Per Denez, responsable du Département de Celtique de l’Université de Rennes II, lui propose d’en faire la matière d’une thèse de doctorat.

Le drame éclate lorsque Françoise se propose, après un immense travail de mise en forme (25 volumes !) d’éditer les œuvres de Luzel conformément à ses manuscrits.

C’est qu’en effet, Per Denez exige la transposition des carnets de Luzel en breton unifié, celui-là même que Roparz Hemon avait mis au point et qui n’a qu’un rapport assez lointain avec les parlers populaires dont justement Luzel avait gardé trace.

Une saga commence. Un roman truffé de coups bas assez sordides et même d’un procès intenté par son directeur de thèse, …..qu’elle gagne ! Et une thèse qu’elle soutient avec les félicitations du jury.

Enfin justice direz-vous. Vous n’y êtes pas ! Car le mouvement breton, régionaliste, autonomiste, indépendantiste… perdure de plus belle et reçoit de mille façons consécration de son programme.

Le barbouillage des panneaux routiers a été couronné de succès au point que la reconquête brittophone du pays gallo qui n’a jamais parlé breton est bien engagée. Les subventions publiques coulent à flot sur une culture bretonne aux accents roparzhemoniens, des ouvrages résolument xénophobes sont subventionnés, les écoles Diwan sont propulsées sur le devant de la scène et promues par voie d’intégration à faire éclater le cadre républicain et universaliste de l’école publique.

On sait que le Conseil Régional a un temps réservé les chèques formation aux natifs de Bretagne, que des antisémites notoires ont été donnés en exemple à la jeunesse, tels Roparz Hemon au collège Diwan du Relecq-Kerhuon ou au centre culturel breton de Guingamp, ou encore Loeiz Herrieu à l’école Diwan de Lorient, que le groupe des Seiz Breur, expression artistique du Parti National Breton pro-nazi fait l’objet d’un exposition itinérante dans différents musées publics de Bretagne, …

On saura gré à Françoise Morvan d’avoir désembrouillé cet embrouillamini qui n’a de culturel ou de linguistique que la façade. On lui saura gré d’avoir reconstitué le cheminement des protagonistes du mouvement breton les plus compromis pendant la collaboration, et de nous les faire retrouver à la tête des institutions régionales : ils réapparaissent à la tête du CELIB, terreau et préfiguration de l’autonomie de la Bretagne, ou encore en relation avec les organisations européennes les plus engagées dans la promotion des ethnies contre les Etats-nations, et, bien sûr, sont les intervenants écoutés et entendus de la décentralisation.

Et cela se voit à présent encouragé par les objectifs actuels de la déréglementation dont les coulisses se situent au niveau de la mondialisation, du FMI, de la Banque Mondiale et de Bruxelles.

Le Monde comme si est une tranche de vie, une tranche de sa vie. Et passé du domaine de la littérature qui était son premier champ de recherches et d’écriture, à celui de l’histoire et de l’actualité politique, son ouvrage constitue dorénavant une référence incontournable du mouvement breton.

Usant avec un réel bonheur de la langue française, Le Monde comme si est un régal pour le lecteur. Et il se dégage par ailleurs de l’ouvrage l’esquisse d’une personnalité attachante de naturel et de fraîcheur et dotée de rares qualités de lucidité et de courage.

Édouard Le Moigne

* Françoise Morvan Le Monde comme si, Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne. 352 pages. Actes Sud. 24,90 €.

-----------------------------
Acheter en ligne Le Monde comme si
Ce texte est issu du site Régionalisme, qui traite de la question du régionalisme breton.

Texte reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur.

2003-12-30

Articles | Ouvrages | Entretiens | Tribunes | Références
Ouvrages
Questions autour des conventions ZEP de Sciences-Po
Questions autour des conventions ZEP de Sciences-Po
Rapport 2004 de SOS Homophobie : lecture critique
Rapport 2004 de SOS Homophobie : lecture critique
Lehaïm, l'appel à la ratonnade branché de Michaël Sebban
Lehaïm, l'appel à la ratonnade branché de Michaël Sebban
Misères du désir
Misères du désir
La République minoritaire
La République minoritaire
Les Khmers roses
Les Khmers roses
Le Monde comme si
Le Monde comme si
Les Pièges de la mixité scolaire
Les Pièges de la mixité scolaire
Fausse route
Fausse route
La Citoyenneté multiculturelle
La Citoyenneté multiculturelle
La Tentation communautaire
La Tentation communautaire
Nous écrire : contact@communautarisme.net - communautarisme.net - depuis juillet 2003 - © Observatoire du communautarisme